one-shot-story

Licornes

 

On rencontre le nom licorne dans des textes très anciens de par exemple : Ctésias de Cnide, Aristote, ou encore dans la Bible, il existe quelque rares psaumes, Job ou Isaïe. Par ailleurs, l'apparence de la licorne a évolué au fil des siècles pour devenir l'image que nous connaissons aujourd'hui d'elle, c'est-à-dire un cheval blanc avec une corne au milieu du front.

1. Histoire et description :

Etymologiquement, licorne provient du latin unicornus, qui signifie " une corne ". Guido Cavalcanti, qui fut le maître de Dante, propose dans un poème une étymologie qui me convient mieux, il lunicorno, soit " la corne de lune ".

La licorne serait décrite pour la première fois vers 398 avant Jésus-Christ par l’historien grec Ctésias, médecin de Darius et d’Artaxerxés II, roi de Perse. Il s’inspire de récits provenant d’Inde et décrit la licorne comme un âne croisé avec un rhinocéros.

Au IIIe siècle avant Jésus-Christ, les premières traductions de la Bible en grec, les Septante, ont laissé penser qu’il était question de la licorne dans l’Ancien testament, le mot hébreu "re’em", "bœuf sauvage", fut d’abord traduit par "monokeros", qui signifie "une corne", devenu par la suite
"licorne".

Mais c'est au Moyen âge que la licorne devient présente grâce aux bestiaires, images ou icônes représentant les animaux mystiques, puis
à la Renaissance elle y sera très connue grace aux peintres italiens
essentiellement. Pierre de Beauvais au 13ème siècle décrit la licorne de cette manière : "Elle est de petite taille et ressemble à un chevreau blanc.
Elle possède une corne au milieu de la tête. Elle est si féroce qu'aucun homme ne peut s'emparer d'elle si ce n'est de la manière suivante ; Les chasseurs conduisent une jeune fille vierge à l'endroit ou demeure la licorne et la laisse assise sur un siège seule dans le bois. Aussitôt que la licorne voit la jeune fille, elle vient s'endormir sur ses genoux. C'est de cette manière que les chasseurs peuvent l'attraper ou la tuer."


2. Définition de licorne :

Licorne : Il s'agit d'un cheval au pelage blanc muni d'une corne unique couleur d'ivoire poussant sur son front et de sabots fourchus. La couleur de ses yeux va du bleu profond au rose clair. Une longue crinière blanche dévale le long de son cou, de même que sur son front, et une toison de la même teinte pousse sur ses fanons. On distingue les mâles à leur barbichette, tandis que les femelles sont dotées d'une musculature plus fine et plus élégante. Herbivore, cette licorne ne mange que de l'herbe et des feuilles. Elle ne prend compagnon qu'une seule fois dans sa vie et demeure fidèle jusqu'à la fin de son existence. Les licornes viennent dans les forêts.
Généralement, chaque espace boisé d'au moins 400 kilomètres carrés possède au moins une licorne qui se consacre à sa protection.


3. Les symboles de la licorne:

Symbole médiéval :

La licorne médiévale est un symbole de puissance, qu'exprime essentiellement sa corne, mais aussi de faste et de pureté.

Symbole hindou :

D'après une vieille légende de l'Inde, la licorne est douée d'un pouvoir magique, c'est d'ailleurs le seul animal à pouvoir vaincre l'éléphant.

Symbole de la corne :

Sa corne sépare les eaux polluées, détecte les poisons et ne peut être touchée impunément que par une vierge. Elle est également un symbole phallique : on peut ainsi rapprocher la licorne de la déesse Lilith qui porte son sexe sur la tête.


4. Les sortes de licorne :

Licorne sylvestre

Cette espèce est celle à laquelle se réfèrent le plus souvent les gens lorsqu'ils pensent à la licorne. Il s'agit d'un cheval au pelage blanc muni d'une corne unique couleur d'ivoire poussant sur son front et de sabots fourchus. La couleur de ses yeux va du bleu profond au rose clair. Une longue crinière blanche dévale le long de son cou, de même que sur son
front, et une toison de la même teinte pousse sur ses fanons. On distingue les mâles à leur barbichette, tandis que les femelles sont dotées d'une musculature plus fine et plus élégante. Herbivore, cette licorne ne mange que de l'herbe et des feuilles. Elle ne prend compagnon qu'une seule fois dans sa vie et demeure fidèle jusqu'à la fin de son existence. La licorne sylvestre, comme son nom l'indique, vit dans les forêts. Généralement, chaque espace boisé d'au moins 400 kilomètres carrés possède au moins une licorne qui se consacre à sa protection. Les randonneurs les plus attentifs peuvent remarquer qu'ils pénètrent dans le territoire d'une licorne sylvestre grâce aux signes particuliers que la licorne a gravés sur certains troncs d'arbres avec la corne. Les gens peuvent pénétrer librement sur le territoire d'une licorne et y chasser ou y récolter un peu de bois. Toutefois, toute personne-surprise à ne tuer que pour le plaisir ou à dilapider les ressources de la forêt sera attaquée par la licorne si celle-ci se trouve à proximité. La violence de l'assaut varie toujours en fonction du tort causé. La licorne sylvestre n'a d'ailleurs aucun ennemi naturel, sauf ceux qui font du tort à la nature.

Alicorne

L'alicorne ressemble en tous points à la licorne sylvestre, mais sa corne est noueuse et toute tordue et d'une couleur brun pâle. Elle partage le même territoire et les mêmes moeurs que la licorne sylvestre, si bien que les deux espèces sont souvent confondues. Toutefois, elle préfère les forêts très anciennes, où les arbres sont âgés en moyenne de plus de 500 ans.

Pyrocorne

Le pelage de cette licorne est d'un rouge sombre, ses yeux sont d'un rouge brillant, tandis que sa crinière ressemble à une rangée de flammes. Sa corne elle-même est entièrement composée de feu. Il s'agit de l'une
des trois espèces de licornes dotées d'un tempérament tourné vers le mal.
Lorsqu'elle le désire, elle peut cracher de sa gueule un long trait incandescent qui enflamme tout ce qui passe à sa portée. On suppose d'ailleurs qu'elle serait la cause de certains incendies de forêt parmi les plus violents. Les pyrocornes ne s'unissent qu'une fois par année (pour
s'accoupler), puis se séparent. Les poulains sont élevés par leur mère pendant les six premiers mois de leur existence, puis sont laissés à eux-mêmes. La pyrocorne établit son domaine dans des réseaux de galeries souterraines, dans des cavernes et dans des mines abandonnées dont la profondeur ne dépasse pas 100 mètres. Elle se nourrit de champignons et de la vermine qui vit sous la terre.

Licorne noire

La terrible licorne noire est la plus maléfique des licornes tournées vers le mal. Son pelage est d'un noir de jais, tout comme sa crinière, tandis que ses yeux sont d'un rouge lumineux. Ses sabots sont constamment enflammés, mais ce feu ne brûle jamais le sol foulé. Sa gueule est
garnie de deux rangées de petites dents effilées comme des rasoirs. La diète de la licorne noire est d'ailleurs uniquement composée de viande crue. De plus, cette espèce possède la détestable habitude de commencer à se nourrir alors que ses proies ne sont pas encore mortes. Essentiellement nocturne, la licorne noire voit parfaitement bien dans les ténèbres, mais la lumière du soleil l'indispose. Quant à sa corne, tout aussi noire que son poil, celle-ci est empoisonnée. Toute personne touchée par la corne est instantanément paralysée et risque de mourir d'un arrêt cardiaque. Vivant dans les forêts, la licorne noire est dotée de moeurs similaires à celles de la pyrocorne. Elle se consacre entièrement à souiller et à détruire son environnement aussi souvent que possible. D'ailleurs, en présence de la licorne noire, la nature entière devient silencieuse, terrifiée devant tant de mal. Les oiseaux cessent de chanter, les ruisseaux coulent en sourdine et même les arbres cessent de faire bruire leurs feuilles.

Licorne de Féerie

Cette espèce très particulière est dotée d'un pelage d'un vert tendre et des yeux de la même couleur, mais émettant une lumière diffuse. Elle est plus petite que ses congénères, mesurant environ la taille d'un poney.
Une fois à tous les cent ans, elle perd sa corne, qui repousse en environ deux semaines. Cette corne est un puissant porte-bonheur, éloignant les maladies et la malchance. La licorne de Féerie vit dans les forêts de feuillus, loin du monde des humains, qu'elle évite avec soin, sans toutefois se montrer hostile. Même lorsqu'on pénètre dans son territoire, il est très difficile de l'apercevoir, car elle possède la faculté de se fondre dans le décor, à la manière d'un caméléon. Elle n'attaque pratiquement jamais les intrus, sauf si ceux-ci souillent volontairement la nature ou s'en prennent à la faune. De la même manière, les gens posant des actes de courage pour défendre ces mêmes éléments obtiendront la considération et l'amitié de la licorne de Féerie.
Cette espèce doit son nom au fait qu'elle communiquerait régulièrement avec les fées, les elfes et les autres représentants du Petit Peuple.

Licorne de mer

La licorne de mer est une étrange espèce possédant la tête, le poitrail et les pattes antérieures d'une licorne ainsi que la queue d'un dauphin. Elle n'a pas de poils, mais plus tôt une peau écailleuse d'un bleu pâle tirant légèrement sur le blanc. Elle a toutefois une longue crinière ressemblant à des algues. Ses yeux sont d'un bleu très intense, presque lumineux. La licorne de mer se retrouve dans n'importe quel plan d'eau salé dont la profondeur n'excède pas 50 mètres. Elle se nourrit d'algues, qu'elle cultive avec soin au fond de son plan d'eau. Ce territoire est très bien déterminé;
les autres licornes de mer n'y pénètrent pas. D'ailleurs, cette espèce se mêle rarement des affaires des autres.

Rouanicorne

La rouanicorne est une espèce dotée d'une toison d'un brun pâle, d'une crinière brun foncé et d'yeux de la même couleur. Elle vit dans les sables des déserts les plus arides, voyageant en troupeaux composés de plusieurs spécimens des deux sexes. Elle se nourrit des rares fleurs qui
poussent dans son milieu, de buissons épineux et de cactus, et peut passer plus d'une semaine sans boire. Lors des jours les plus chauds, il arrive que le troupeau entier s'enfouisse sous les sables afin de profiter d'un peu de fraîcheur. La rouanicorne est la seule espèce de licorne pouvait communiquer télépathiquement avec ses congénères. C'est d'ailleurs de cette manière qu'elle marque son territoire: à l'aide d'une frontière mentale que les autres rouanicornes peuvent repérer par la pensée (mais cela ne les empêche pas d'y pénétrer).

Chromacorne

Cette espèce est dotée d'un pelage tacheté de différentes couleurs. Ses yeux sont habituellement bruns, mais quelques spécimens ont des yeux verts et d'autres des jaunes. La chromacorne vit dans les plaines herbeuses des climats tempérés. Elle ne prend compagnon qu'une seule fois dans sa vie et forme une petite famille qui ne se sépare jamais. Ainsi, lorsqu'on la rencontre elle se trouve toujours en compagnie de son conjoint et de ses petits. La chromacorne ne se réserve pas un territoire, mais tend plutôt à partager une grande prairie avec plusieurs autres familles. Celles-ci vagabondent constamment à travers champs, de manière à ne pas épuiser les ressources du sol. Cette espèce n'est pas agressive, sauf si on s'en prend à la nature et aux animaux. Elle se caractérise également par sa capacité à créer des illusions très réalistes et à lancer des rayons multicolores de sa corne qui ont pour effet d'hypnotiser pendant une assez longue durée quiconque se fait éblouir.

Cryocorne

La cryocorne est la dernière des espèces de licornes dotées d'un tempérament maléfique. Vivant dans la toundra arctique, son varie du blanc bleuté au jaune clair, tandis que sa crinière ressemble à un amas de petits glaçons et sa corne à une grande stalactite de cristal. La couleur de ses yeux varie du bleu très clair au blanc crémeux. Le tout la rend presque invisible aux yeux de ceux qui ne sont pas familiers avec les grands espaces enneigés. La cryocorne ne prend conjointe qu'une seule fois dans sa vie, mais il arrive que certaines demeurent célibataires. Cette espèce mange tout ce qu'elle peut trouver ou tuer. Elle ne marque pas son territoire, mais attaquera sans crier gare quiconque y pénètre. Lorsqu'elle est vraiment en colère, elle peut cracher de sa gueule un nuage d'un froid glacial composé de petites échardes de glace.

Unisus

Cette licorne ailée provient d'une union entre une licorne et un pégase. Tout comme la licorne sylvestre l'unisus vit dans les forêts, mais préfère les pentes. Il se nourrit d'herbe, de fruits et d'autres plantes. Il se reproduit en pondant des oeufs, à défaut d'un par dix ans. Pour le reste, ses moeurs ressemblent beaucoup à celles de la licorne sylvestre.

Zébracorne

Cette espèce vit dans les savanes équatoriales. Elle est munie de la robe à rayures du zèbre, mais sa musculature est plus délicate. Ses yeux sont bruns et sa corne est composée de deux torsades, l'une noire et l'autre blanche. La zébracorne vit en grands troupeaux composés d'un étalon, de
plusieurs juments et d'une ribambelle de poulains. Dotée d'un tempérament
nomade, elle parcourt inlassablement la savane de manière à ce que l'herbe sèche et drue dont elle se nourrit ne s'épuise pas. De nature plutôt têtue, elle ne se mêle généralement pas des problèmes qui ne la concernent pas.



25/12/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi