ilmryn.blog4ever.com

Cancer : se soigner / s'aider au naturel

Naturopathie contre le cancer

 

1)     Définition

2)     Naturopathie

3)     Nutrithérapie

4)     Phyto

5)     Homéo

 

6)     Aroma

7)     Acupuncture

8)     Pour le moral

 

1) Définition :

 

a) Qu’est-ce que le cancer ?

 

Le cancer est caractérisé par une prolifération cellulaire anarchique incessante et incontrôlée. Cette prolifération anarchique de cellules anormales s’oppose à la prolifération contrôlée, harmonieuse des tissus normaux qui ne se produit que pour réparer les tissus endommagés ou usés. Les facteurs de cancérisation (tabac, alcool, aliments polluants, substances chimiques, radioactivité, vaccins, virus, vieillissement, stress, violences, désespérance, etc.) produisent des mutations ou des méthylations (voir dossier omnium n° 3 sur l’Épigénétique) et engendrent l’expression anarchique des oncogènes, gènes impliqués dans la multiplication des cellules et leur différenciation. Les antioncogènes, gènes qui régulent l’activité des oncogènes, peuvent être détruits ou dégénérés par les facteurs de cancérisation ou bloqués par les méthylations. Plus rarement ils manquent de manière héréditaire (transmission de gènes). Par ailleurs, s’il ne fait pas de doute que les maladies cancéreuses sont parfois inscrites dans le patrimoine génétique, ceci ne veut pas dire pour autant qu’elles soient incontournables et fatales. La grande majorité de ces maladies puisent leur cause effective dans d’autres facteurs qui n’ont rien à voir directement avec les gènes comme nous allons le constater dans la suite de cet article. Non seulement il est possible de prévenir les risques, mais il est possible de les anticiper quand on les connaît: accompagnement nutritionnel de la grossesse, alimentation de l’enfant, prévention des risques vaccinaux (voir dossier Omnium N° 1 sur les vaccinations), mode de vie, hygiène, environnement affectif et éducation.

 

NB : Sachez que le cancer est une maladie très complexe, dites "multifactorielle". Les pistes données dans cet article, ne soigne en aucun cas et ne suffit pas à s'en protéger. Une multitude de petits gestes d'hygiène de vie sont aussi important, comme ne pas fumer, boire peu ou pas d'alcool, avoir une activité physique suffisante, de se protège leur rapport sexuel...

Si le cancer est déjà là, en plus de votre traitement, rien de vous n’empêche de privilégier les astuces « anti cancer » afin de favoriser votre guérison.


En savoir plus : http://www.omnium-des-libertes.com/les-medecines-alternatives-dans-la-lutte-contre-le-cancer/

 

b) Qu’est-ce que la naturopathie ?

 

Le mot naturopathie vient du latin NATURA et du grec PATHOS qui signifie étudier et supprimer le mal à l'aide des moyens que nous offre la nature ! Il vient également de deux mots anglais NATURE et PATH qui expriment la voie, le chemin de la santé à travers l'observation, l'étude et la pratique des lois naturelles.

 

La naturopathie ne peut apporter la guérison à elle seule. À ce sujet, les naturopathes et les herboristes sont formels : aucune plante aux vertus anticancéreuses ne peut garantir la régression d’une tumeur, et encore moins la guérison1-3 d’un cancer.

En fait, la naturopathie agit en complémentarité avec les traitements médicaux. En pratique, elle permettrait d’améliorer les chances de rémission de même que la qualité de vie des personnes atteintes de cancer. C’est ce que confirment des auteurs reconnus, dont le naturopathe J.E. Pizzorno.

Cancer: le soutien de la naturopathie, La Québécoise Anouk Lepage4, naturopathe et homéopathe, abonde dans le même sens. D’après elle, la naturopathie peut contribuer à atténuer les symptômes causés par le cancer et par les traitements médicaux, comme les douleurs, la nausée, le manque d’appétit, l’anxiété et l’insomnie.

« D’après mon expérience, les gens qui profitent d’une approche intégrée ont de meilleures chances de survie, de rémission ou de guérison, dans certains cas. Parfois, on parvient seulement à améliorer la qualité de vie, et c’est déjà énorme », affirme cette naturopathe formée au Collège canadien de médecine naturopathique à Toronto et qui pratique au Québec et en Ontario.

La naturopathie agit en soutenant les mécanismes naturels de guérison du corps. Ceux-ci seraient présents même chez les personnes très affaiblies par la maladie

 

La naturopathie peut avoir les effets suivants :

  • · Réduire les effets indésirables des traitements de chimiothérapie et de radiothérapie.
  • · Améliorer l’efficacité des traitements.
  • · Aider à adapter l’environnement afin de le rendre le moins toxique possible.
  • · Ralentir ou arrêter la multiplication des cellules malades.
  • · Réduire la formation de métastases.
  • · Régulariser les taux d’hormones en rétablissant leur dégradation naturelle par le foie, dans les cas de cancers hormonodépendants (cancer du sein, de la prostate et de l’endomètre).
  • · Soutenir le système immunitaire.
  • · Soutenir l’organisme durant une rémission.

D’après Anouk Lepage, les résultats dépendent de plusieurs choses : du type de cancer, de son stade d’évolution, de la présence ou non de métastases, de l’état de santé général de la personne et de sa volonté de guérir. « La détermination est extrêmement importante. Plus la personne est convaincue qu’elle peut guérir, plus elle a de chance de s’en sortir. D’ailleurs, elle sera beaucoup plus fidèle à son traitement. Il en va de même avec la médecine classique », précise-t-elle.


2) Naturopathie : Ses principaux outils

 

Pour aider à lutter contre un cancer, la naturopathie combine plusieurs approches : phytothérapie, homéopathie, techniques de gestion du stress, etc. « L’efficacité du traitement repose sur la synergie et la complémentarité. Le produit miracle n’existe pas », plaide Anouk Lepage.

Certaines recommandations peuvent s’appliquer à l’ensemble des personnes atteintes de cancer, selon plusieurs auteurs1,5. Des exemples? S’alimenter sainement, bien s’hydrater et consommer du thé vert et des oméga-3.

Par contre, le choix des suppléments –dont les antioxydants- adaptés à son état ne s’improvise pas. L’autotraitement est carrément déconseillé pour les personnes aux prises avec un cancer.

« Choisir les suppléments qui conviennent à la personne est un processus fort complexe », écrit le naturopathe américain Paul Reilly1. Chaque cas est unique. Cela dépend en effet des traitements que la personne reçoit, de leur dose, de l’état de santé du patient, de l’évolution de sa maladie, etc.

Un traitement personnalisé est de mise, estime aussi Anouk Lepage. « C’est là l’une des grandes forces de la naturopathie. On essaie aussi de procéder à une rotation des traitements afin de s’assurer que le corps comble ses besoins et qu’il n’a pas le temps de s’habituer à un produit, car à long terme, le corps cesse de réagir », indique-t-elle.

 

Source : http://www.passeportsante.net/fr/Actualites/Dossiers/Fiche.aspx?doc=cancer_usage_naturopathie_do


3) Nutrithépathie : Des aliments contre le cancer?

 

La première étape est, selon Anouk Lepage, un changement alimentaire complet. L’objectif : viser une alimentation la plus naturelle possible. « L’alimentation devient encore plus importante en présence d’une maladie comme le cancer », souligne-t-elle.

« Je dis souvent à mes patients de revenir aux fruits et aux légumes frais : pas congelés, pas en conserve, frais! », s’exclame-t-elle. Les légumes, idéalement, doivent être cuits à la vapeur minimale. La naturopathe québécoise conseille aussi la consommation de poisson sauvage d’eau froide, du poulet, de l’agneau, de la dinde et de la venaison. « Si on peut acheter des aliments biologiques, c’est encore mieux. »

Elle encourage ses patients à laisser tomber le café, l’alcool et la cigarette afin de ne pas surcharger l’organisme. « Il n’est jamais trop tard pour faire ces changements... », précise-t-elle.

Ce type d’alimentation permet de limiter le plus possible les sources de toxines et, par le fait même, d’aider le foie, d’après elle. « Le foie exerce un rôle de filtre très important, dit-elle. Plus il est en bon état, plus le traitement de chimiothérapie sera efficace, car les médicaments sont métabolisés par le foie. Si la passoire est pleine à ras bord, peut-elle filtrer adéquatement? »

 

a) Une diète pour les personnes atteintes de cancer ?

 

En général, la diète qui convient bien aux personnes atteintes de cancer doit contenir des aliments de haute valeur nutritive. Le naturopathe Paul Reilly, dans le Textbook of Natural Medicine1, y va de quelques recommandations. Cette diète doit, selon lui, comporter :

  • · des aliments riches en fibres alimentaires;
  • · des aliments les moins transformés possible et, de préférence, issue de l’agriculture biologique;
  • · des fruits et des légumes en abondance, plus particulièrement l’ail, les pousses de brocoli et les crucifères (chou, chou-fleur, brocoli);
  • · des légumineuses (haricots, pois chiches, lentilles...);
  • · des graines et des noix;
  • · des poissons d’eau froide.

Pour plus de détails, consulter aussi la diète anticancer d’Hélène Baribeau.

Dans leur livre Les aliments contre le cancer : la prévention et le traitement du cancer par l’alimentation, les chercheurs québécois Richard Béliveau et Denis Gingras12 proposent une vingtaine d’aliments ayant une forte concentration en agents anticancéreux. Incorporer plusieurs d’entre eux à son alimentation permettrait, selon eux, de contribuer à lutter contre le cancer.

 

b) Guide des aliments contre le cancer

 

Aliments Apport quotidiens

Chou de Bruxelles ½ tasse

Brocoli, chou-fleur, chou ½ tasse

Ail 2 gousses

Oignon, échalote ½ tasse

Épinard, cresson ½ tasse

Soya (edamame) ½ tasse

Graines de lin fraîchement moulues 1 c. à s

Tomate (pâte) 1 c. à s

Curcuma 1 c. à c

Poivre noir ½ c. à c

Bleuet, framboise, mûre ½ tasse

Canneberge (séchée) ½ tasse

Raisin ½ tasse

Chocolat noir 70 % 40 g

Jus d’agrumes ½ tasse

Thé vert 3 fois 250 ml

Vin rouge 1 verre

 

Prévention grâce à l’aliment : Chaque aliment agit à sa façon. C’est pourquoi, il est très important de varier et de manger de tous, le plus régulièrement possible et en privilégiant les produits bio.

 

Ail

Chou

Citron

Curcuma

Framboise

Oignon

Raisin

Thé vert

Tomate

Favorise l’immunité

 

 

 

 

 

 

 

Réduit les toxique et cancérigènes

 

 

 

Empêche la croissance des cellules cancéreuses

Favorise la destruction des cellules cancéreuses

 

 

 

Empêche les cellules cancéreuses de se nourrir et de se développer

 

 

 

 

 

 

Source : Béliveau R et Gingras D. Les aliments contre le cancer : la prévention et le traitement du cancer par l’alimentation, Éditions du Trécarré, Canada, 2005, p. 199.

 

c) Pourquoi ?

 

Une des principales caractéristiques du cancer est l’angiogenèse, ou la croissance de nouveaux vaisseaux sanguins. La tumeur a besoin de sang pour se développer et elle peut donc s’approvisionner en glucose à partir de la circulation sanguine. Mais il semblerait qu’on puisse contrôler l’angiogenèse en consommant des aliments qui inhibent la croissance des vaisseaux sanguins. En consommant régulièrement ces aliments, on peut affamer efficacement n’importe quelle cellule cancéreuse microscopique, et la prévenir avant qu’elle ne prolifère et devienne dangereuse.
Il a été prouvé que le resvératrol qui est présent dans le raisin rouge, par exemple, inhibe à 60% l’angiogenèse.

Il y a également l’acide éllagique présent surtout dans les framboises et les grenades (ou le jus pur de grenade).

Ces aliments contiennent différents composés potentiellement antiangiogéniques. Certains aliments sont même plus efficaces que les médicaments antiangiogéniques actuels. Ceux-ci incluent le persil et l’ail.
Le résultat est donc plus important si ces composés sont en synergie, dans un fruit entier, que lorsqu’ils sont pris de façon individuelle, et c’est pourquoi il est très important de privilégier une alimentation qui prône les aliments entiers, biologiques, plutôt que de continuer d’être obsédé par les nutriments individuels.
Il est également important de savoir que l’intolérance au fructose peut augmenter le facteur de risque provenant de ce type de sucre. Pour plus d’informations à ce sujet et un tableau complet de la teneur en fructose et en glucose des aliments.

 

En savoir plus sur les solutions alimentaires contre le cancer : http://www.omnium-des-libertes.com/les-medecines-alternatives-dans-la-lutte-contre-le-cancer/ ou https://explicithistoire.files.wordpress.com/2013/11/plantes-et-cancer.pdf

 


d) Quoi éviter ?

 

Voici les 10 aliments cancérigènes les plus malsains que vous ne devriez plus jamais manger ou vraiment très rarement :

 

1/ Organismes Génétiquement Modifiés (OGM) : Malheureusement, les OGM sont présents dans la production agroalimentaire, plus spécifiquement dans la plupart des dérivés alimentaires à base de maïs, de soja, de riz et de colza. Cependant, vous pouvez les éviter en vérifiant qu’il y a l’étiquette sans OGM, et en consommant les aliments qui sont produits naturellement sans la biotechnologie. Signalons que, l’Union Européenne fixe à 0,9 % le seuil d’OGM qu’un produit alimentaire européen peut contenir sans qu’on doive le signaler sur l’étiquette.

 

2/ Viandes transformées : Les viandes transformées, y compris les charcuteries, bacon, saucisses et hot-dogs, contiennent des conservateurs chimiques qui les font paraître fraîches et appétissantes, mais qui peuvent aussi causer le cancer. Le nitrite de sodium et le nitrate de sodium ont été liés pour augmenter de manière significative le risque de cancer du côlon et d’autres formes de cancer, alors assurez-vous de ne choisir que des produits sans nitrate.

 

3/ Pop-corn aux micro-ondes : À première vue ça a l’air d’être pratique, mais ces sacs de popcorn au micro-ondes sont remplis de produits chimiques qui sont provoquent non seulement l’infertilité, mais aussi le cancer du foie, des testicules et du pancréas. L’Environmental Protection Agency (EPA) reconnaît qu’il y a de l’acide perfluorooctanoïque (PFOA) dans les doublures de sacs de pop-corn au micro-ondes comme « probablement » cancérogène, et plusieurs études indépendantes ont lié le produit chimique à l’origine des tumeurs. Faites plutôt cuire votre pop-corn vous-même avec la méthode ancienne qui est à la poêle. Ça vous coûtera moins cher et vous éviterez de vous intoxiquer.

 

4/ Boissons gazeuses : Les boissons gazeuses sont connues pour leur capacité à rafraichir et à redonner de l’énergie. Mais bien qu’elles disposent de ces bienfaits, elles ne sont pas pour autant bénéfiques pour la santé. Tout comme les viandes transformées, on a démontré que les boissons gazeuses causent le cancer. Chargées de sucre, de produits chimiques alimentaires, et de colorants, elles acidifient le corps et nourrissent les cellules cancéreuses.

 

5/ Boissons et aliments diététiques : Pire que les boissons gazeuses, les boissons ainsi que les aliments diététiques présentent un risque accru de certaines formes de cancer. Selon l’Autorité européenne de sécurité des aliments (AESA), plus de 20 études de recherches différentes avaient trouvé que l’aspartame, l’un des édulcorants artificiels les plus courants, provoque une série de maladies, y compris des anomalies congénitales et le cancer. Le sucralose (Splenda), la saccharine et d’autres édulcorants artificiels ont également été associés à l’apparition du cancer.

 

6/ Farines blanches raffinées : Un ingrédient commun dans les aliments transformés, mais son excès de teneur en glucides est un grave sujet de préoccupation. Une étude publiée dans la revue Cancer Epidemiology, avait trouvé que la consommation régulière de glucides raffinés a été liée à une augmentation de 220 pour cent dans le cancer du sein chez les femmes.

Les céréales glutineuses provoquent une inflammation. L’inflammation favorise la progression du cancer. Cela signifie qu’il faut éviter les céréales riches en gluten comme le blé, l’épeautre ou le seigle, y compris les céréales complètes. Dans l’alimentation alcaline il faut donc supprimer les pâtes, les céréales, le pain, les gâteaux, les muffins et autres pâtisseries de boulangerie. Les patients cancéreux devraient consommer des céréales complètes sans gluten comme le riz, le sarrasin, le quinoa, le millet et l’amarante . Cependant, utiliser des produits préparés « sans gluten » est une erreur, car la plupart d’entre eux contiennent du sucre ou des huiles transformées, et n’entrent donc pas dans l’alimentation alcaline pour combattre le cancer.

 

7/ Sucres raffinés : les sucres raffinés ont tendance à augmenter rapidement les niveaux d’insuline et nourrissent la croissance des cellules cancéreuses.

Les cellules cancéreuses utilisent plus de glucose (sucre) par unité de temps que les autres cellules. Le métabolisme des sucres crée de l’acide, qui favorise également la progression du cancer. En outre, une alimentation riche en sucres, y compris les fruits, déclenche une réponse à l’insuline. Si vous mangez souvent sucré ou des fruits toute la journée, vous supprimez votre fonction immunitaire tout en augmentant le niveau d’insuline dans votre corps, ce qui crée une insulinorésistance. L’insulinorésistance est directement liée à la prolifération du cancer. Le sucre raffiné provoque des carences en magnésium dans l’organisme, cela contribue également à la prolifération du cancer. Le sirop de maïs riche en fructose, en raison de sa méthode de transformation, a une teneur élevée en mercure, une toxine qui prédispose au cancer. La recommandation d’éliminer le sucre inclut le sucre sous toutes ses formes, même les sucres naturels comme le miel et l’agave, ainsi que le sucre blanc et le sirop de maïs riche en fructose. Appréciez la compote de pommes non sucrée, deux ou trois figues ou abricots secs, ou un morceau d’ananas frais si vous avez besoin d’une petite douceur. Il est important de manger des fruits avec modération, les cellules utilisent le fructose pour la division cellulaire, favorisant ainsi la croissance et la propagation du cancer.

 

8/ Aliments conventionnels : Beaucoup de gens pensent qu’ils mangent sain quand ils achètent des pommes, du raisin, des fraises dans les épiceries. Mais à moins que ces fruits soient biologiques ou vérifiés pour être sans pesticides, ils pourraient être un risque majeur de cancer. L’Environmental Working Group (EWG) a constaté que jusqu’à 98 pour cent de tous les produits conventionnels, sont contaminés par les pesticides cancérigènes.

 

9/ Saumon d’élevage : Le saumon d’élevage est un autre aliment fortement cancérigène, selon le Dr David Carpenter, directeur de l’Institut pour la santé et l’environnement à l’Université d’Albany. Selon son évaluation, le saumon d’élevage ne ​​ Ne manque pas seulement de vitamine D, mais il est souvent contaminé par des produits chimiques cancérigènes, les PCB (biphényles polychlorés), des pesticides et des antibiotiques.

 

10/ Huiles hydrogénées : Elles sont couramment utilisées pour conserver les aliments transformés et les garder stables pour la conservation. Mais les huiles hydrogénées modifient la structure et la flexibilité des membranes cellulaires dans l’organisme, ce qui peut conduire à un grand nombre de maladies comme le cancer. Certains fabricants procèdent à l’élimination progressive de l’utilisation des huiles hydrogénées et les remplacent par d’autres alternatives plus sûres, mais les acides gras trans sont encore largement utilisés dans les aliments transformés.

 

11/ Produits laitiers : La vache laitière a été identifiée dans une très grande étude réalisée par le professeur (émérite) T. Colin Campbell, docteur, de l’Université Cornell comme l’un des principaux aliments qui favorise le développement du cancer. Curieusement, c’est la protéine qui est coupable : la protéine de caséine. Les yaourts hyperprotéinés dans lesquels on a ajouté de la poudre de lait ou du lactosérum sont encore plus cancérigènes que le lait nature, les yaourts, ou le fromage. Cependant, vous devez éliminer tous les produits laitiers lorsque vous combattez le cancer. Les produits laitiers provoquent une inflammation, qui est la cause de la détérioration des os et ils favorisent la progression du cancer de la même façon que le sucre.

D’autre chose à éviter ?

  • · Tabagisme
  • · Pesticides, poisons et polluants divers.
  • · Médicaments et traitements hormonaux de synthèse.
  • - Le stress

 

Source : http://www.sante-nutrition.org/les-10-aliments-les-cancerigenes/

 

e) Attention aux antioxydants!

 

En naturopathie, on utilise des suppléments d’antioxydants, comme la vitamine C, pour réduire les effets indésirables des traitements de radiothérapie et de chimiothérapie.

Toutefois, certains types d’antioxydants sont pour l’instant contre-indiqués avec un traitement en particulier1,6-10. Par exemple, on ne donne pas d’acide folique à une personne qui prend du fluorouracile comme médicament de chimiothérapie. D’autres antioxydants pourraient, au contraire, limiter les effets de la chimiothérapie en protégeant les cellules saines.

« Il est donc important de ne pas s’autotraiter et de choisir un thérapeute dont les connaissances en physiologie et en pharmacologie sont solides », insiste la naturopathe Anouk Lepage.


4) Phytothérapie pour aider les cancéreux :

 

Le mot phytothérapie vient du grec « phyto » signifiant « végétal ». La phytothérapie, c'est donc le traitement des maladies par les plantes. La phytothérapie est une médecine dite douce de plus en plus populaire grâce notamment aux nombreux scandales des médicaments classiques

  • · Contre les nausées et vomissements, le gingembre (gélules) est très efficace (Elusanes Gingembre, Naturactive).
  • · Contre les troubles digestifs, l’artichaut, le chardon-marie, le curcuma sont recommandés (Hépaclem phyto, lab. Clément). À prendre avant et entre les séances de chimio.
  • · En cas de fatigue physique ou psychologique, on conseille le ginseng. Attention, il doit être titré à 25 % en ginsénosides (Arkogélules Ginseng, Arkopharma, 2 gélules matin et midi).
  • · Contre le stress et l’anxiété, on recommande la valériane, la passiflore et l’eschscholzia (Phytostandard d’eschscholtzia et valériane, lab. Phytoprevent).
  • · Pour protéger la peau, l’huile de bourrache ou d’onagre (gélules) ou en application (Melvita Bourrache) ; les huiles végétales (amande douce, argan, arnica) hydratantes et nourrissantes.

 

En savoir plus sur les solutions de phytothérapie contre le cancer : http://www.omnium-des-libertes.com/les-medecines-alternatives-dans-la-lutte-contre-le-cancer/

 

Mise en garde – précautions d'emploi

Certaines plantes peuvent avoir des interactions non bénéfiques chez une personne atteinte d'un cancer. Il faut ainsi être vigilant avec le curcuma pendant une chimiothérapie ou un traitement de phytothérapie. Dans le cas de cancer hormono dépendant, il est préférable d'éviter le soja, le yam et toutes les plantes contenant des phytohormones.


5) Homéopathie pour aider les cancéreux :

 

Pris en prévention, le traitement homéopathique est plus efficace. Il est recommandé du débuter 3 à 4 jours avant la première séance. On choisit les granules en fonction des effets « probables » du traitement.

À prendre avant et pendant la chimio :

  • · Contre les nausées et vomissements,Colchicum 9 CH, 5 granules 3 fois par jour.
  • · Contre les diarrhées, Arsenicum album 9 CH, 5 granules 3 fois par jour.
  • · Contre la fatigue, Phosphoricum acidum 9 CH et Aceticum acidum 9 CH, 5 granules de chaque, 3 fois par jour.
  • · Contre les inflammations buccales (stomatites, aphtes), prendre Kalium bichromicum 9 CH et Mercurius corrosivus 9 CH, 5 granules
    de chaque 3 fois par jour.
  • · Pour les ongles douloureux ou qui se décollent, Causticum 9 CH et Graphites 9 CH, 5 granules de chaque 3 fois par jour.
  • · Contre la sécheresse de la peau, Arsenicum album 9CH, 5 granules 3 fois par jour ou Natrum muriaticum 9 CH, 5 granules 3 fois par jour.

À ajouter si besoin pendant la chimio

  • · En cas de manque d’appétit, Abrotanum 9 CH et Chelidonium 9 CH, 5 granules de chaque 3 fois par jour.
  • · En cas de stress, prendre Passiflora composée, 5 granules 3 fois par jour.

 6) Aromathérapie : Les huiles essentielles renforcent l’immunité

    · Contre les nausées, l’huile essentielle (HE) de menthe poivrée : 2 gouttes sur un mouchoir et respirer, ou 1 goutte sur un sucre et avaler 3 fois par jour.
    · Contre les troubles digestifs, l’HE de camomille romaine : 1 goutte sur une boulette de pain ou un comprimé neutre à prendre au milieu du repas. 2 gouttes d’HE diluées dans une noisette de lait corporel ou dans une huile végétale et masser le ventre dans le sens inverse des aiguilles d’une montre.
    · Contre la fatigue, l’HE de cannelle de Ceylan associée à 2 gouttes d’HE de citron sur une boulette de pain ou un comprimé neutre à prendre le matin.
    · En cas d’angoisse, se munir d’HE de lavande officinale : 1 goutte sur la face interne des poignets ou sur un mouchoir et respirer 15 minutes avantla situation de stress redoutée.
    · Contre les problèmes cutanés, l’HE de géranium ou d’ylang-ylang : 2 gouttes d’HE de votre choix à diluer soient dans votre lait de toilette ou une huile végétale (amande douce, argan) et masser les parties sèches.


7) L’acupuncture chinoise ou la digitopuncture.

 

Parmi les méthodes énergétiques qui nous intéressent dans le domaine de la lutte contre le cancer, figure en bonne place l’acupuncture chinoise et particulièrement la digitopuncture antitumorale dont je suis un spécialiste. Après mes études d’acupuncture, j’ai découvert dans les travaux de Georges Soulié de Morant, de nombreuses indications de points utilisables en cas de cancer ou de proliférations anormales. Les Chinois avaient identifié dès la plus haute antiquité ces tumeurs « ying » et se servaient de leurs points pour les traiter à l’aide des moxas, d’aiguilles ou tout simplement de leurs mains par pression continue sur des points précis. J’ai mis au point une méthode complète de Digitopuncture qui stimule des points d’énergie à la surface du corps pour agir de façon générale ou locale sur les défenses de l’organisme face aux tumeurs cancéreuses. L’avantage de cette technique c’est qu’elle peut être pratiquée par la personne elle-même et qu’elle constitue une bonne voie de contribution personnelle à l’autoguérison. L’acupuncture est par ailleurs riche en possibilités de stimuler la production sélective de cellules sanguines en cas d’anémies, fréquente en chimiothérapie, par des points faciles d’accès pour le thérapeute. Je me tiens à la disposition de ceux qui souhaitent plus d’information dans ce domaine peu connu d’une médecine très ancienne.


8) Soin pour le moral de cancéreux :

 

Sophrologie : Cette technique de relaxation basée sur des exercices de respiration et de gestion de la pensée. Elle est souvent utilisée pour combattre notamment le stress. Il s'agit d'une technique de relaxation qui plonge le sujet dans un état de semi-conscience. Il peut alors se concentrer sur un besoin bien spécifique.

Cette méthode a pour but d’atteindre une meilleure conscience corporelle et mentale. Elle permet de mieux supporter les traitements, en relativisant la situation et en acceptant la maladie. Elle aide également à surmonter le stress de se rendre à l’hôpital pour des soins.

 

Méditation : Méditer toutes les semaines, c’est vraiment agréable, et utile ! Grâce à la méditation, on peut garder son calme, par exemple quand on est en consultation. On peut se concentre sur sa respiration, et s’isoler des conversations externes, à ne pas se poser trop de questions, et prendre les choses comme elles viennent. Selon certain témoignage cela améliorer la tension des patients.

 

Fleurs de Bach : cet élixir floral est une eau dans laquelle on aurait transféré le « taux vibratoire » spécifique d’une fleur. En prenant un élixir, un individu pourrait modifier son propre taux vibratoire, ce qui aurait une influence bénéfique sur ses émotions, son attitude, ses traits de caractère et indirectement sur sa santé et son bien-être.

Pour le créateur, il était clair que « la maladie est le résultat d'un conflit intérieur entre l'âme et le mental». D'autres depuis ont exploré cette piste expliquant la survenue d'un cancer par la disharmonie entre les aspirations profondes de la personne et les actions entreprises dans sa vie matérielle. Le cancer serait alors un appel pour que la personne reprenne son véritable chemin de vie ; celui pour lequel est faite, celui auquel elle aspire dans son for intérieur... Ainsi, retrouver son vrai chemin de vie serait la clé de la guérison.

Complexe Fleurs de Bach n° 59 : cancer

Aide à :

  • · rester calme et paisible
  • · diminuer les angoisses
  • · accepter le fait qu’on est malade
  • · éliminer la culpabilité due à la dépendance d’autrui
  • · diminuer le chagrin
  • · accepter le fait que son corps change
  • · éviter les sautes d’humeur

 

Activités Raviva : yoga, gym, aquagym. Ce ne sont pas des médecines non conventionnelles à proprement parler, mais ces activités aident à lutter contre la fatigue, et à reprendre possession de son corps. Lors du premier cours d’aquagym, on se dit d’abord qu'on ne sera pas capable de suivre le rythme. Et puis, au fil du temps, on retrouve sa forme. En plus, Raviva permet d’être avec des copines ! Ça permet de sortir de chez moi, et ça évite l’isolement.

 

J'aimerais m'attarder sur un fait que certain cancer sont lier au mental, je vous conseille vivement le livre : Le grand livre des malaises et des maladies


NB : Sachez que 80% de la guérison vient du mental. Si une personne ne veut pas de se soigner ou/et est défaitiste, vous aurez beau lui donné tous les conseils du monde, elle ne vous écoutera pas et ne les mettra pas en place comme il se doit.

 



28/08/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi