ilmryn.blog4ever.com

Grossesse au naturel

 

1. Introduction

2. Désir d’enfant

3. Grossesse

a) Médecine douce

a.1 Phytothérapie

a.2 Homéopathie

a.3 Sophrologie

a.4 Fleur de Bach

a.5 Nutrithépathie

a.6 Aromathérapie

a.7 Lithothérapie

a.8 Massothérapie

a.9 Gemmothérapie

a.10 Naturopathie

a.11  Acupression & Acupuncture

4. Se préparer au jour J

5. Jour J

6. Allaitement

7. Après
8. Bébé, moi et l'ésotérisme

 




  1. Introduction

 

Lorsqu'on désire un enfant, nous savons quoi faire, mais lorsque cela ne marche pas, nous sommes perdus. Vous trouverez ici quelques astuces pour améliorer vos chances.

Si la déesse de la fécondité est avec vous, la joie sera au rendez-vous, mais pas que, nausée, fatigue, crainte, panique, déprime... Tout se chamboule en vous, vous êtes perdu, trouverez quelques pistes ici pour résoudre ces petits soucis.


  1. Désir d’enfant voir article

 

b) Test de grossesse de grand-mère

 

Test de l’aiguille

Comment ça marche :  Ce test marocain consiste à faire pipi dans un bocal ou une boite en plastique et d’y placer une aiguille neuve. Il faut conserver la boite bien fermée dans un endroit obscur.

Vous êtes enceinte si : celle-ci se met à rouiller ou qu’elle se noircit après 8 heures.

 

Test du gros sel

Comment ça marche :  faire pipi dans un gobelet, ajouter une pincée de gros sel et attendre 2 heures.

Vous êtes enceinte si : le sel a fondu.

 

Test d'urine

Comment ça marche : Uriner dans un bocal ou un verre transparent et à mettre celui-ci dans le frigidaire pendant 30 minutes.

Vous êtes enceinte si : Une fois ce délai passé, si des filaments blancs/un nuage sont apparus dans l’urine dans la partie supérieure du récipient.

À noter : il existe une variante de ce test de grossesse qui requiert de laisser le pot avec les urines pendant 72h au réfrigérateur.

 

Test de l’eau de javel

Comment ça marche : le principe est toujours le même : utiliser ses urines. Il faut mettre de l’urine dans un bocal ou un verre et y ajouter un bouchon d’eau de javel.

Vous êtes enceinte si : de la mousse apparaît et que l’urine devient orange foncée.

 

* Attention : Test de grossesse maison : une petite mise en garde s'impose !

Un test de grossesse fait maison ? Pourquoi pas ! Après tout, nos grands-mères le faisaient déjà ! Reste que ces techniques insolites sont à prendre avec du recul et que leur fiabilité n’est pas prouvée. Au moindre doute, le test de grossesse reste un moyen plus sûr afin de savoir si vous êtes réellement enceinte. Votre grossesse sera ensuite confirmée par une prise de sang.

 

Source : http://www.magicmaman.com/,les-tests-de-grossesse-maison,389,2047281.asp http://www.famili.fr/,les-tests-de-grossesse-maison,377,345478.asp


  1. Grossesse

 

a) Médecine douce :  

 

Liste de remède de médecine douce contre les maux de la grossesse

 


a.1 Phytothérapie

a.2 Homéopathie

a.3 Sophrologie

a.4 Fleur de Bach

a.5 Nutrithépathie

a.6 Aromathérapie

a.7 Lithothérapie

a.8 Massothérapie (a venir)

a.9 Gemmothérapie (a venir)

a.10 Naturopathie (a venir)

a.11 Acupression & Acupuncture

(a venir)

 

c) Évolution de votre grossesse

 

De nombreux sites proposent des explications des symptômes, des aides… semaines par semaines. C’est pourquoi je ne m'étalerais pas sur le sujet, je vous donnerais juste un site.


  1. Se préparer au jour J



a) Pourquoi suivre des cours prénataux ?

 

Il n'y a aucune obligation à cela, cependant, il serait idiot de se priver de conseils pour avoir toutes les cartes en mains durant la grossesse et surtout l'accouchement. En tout cas, si cela est votre 1ère grossesse, cela répondrait à vos questions et diminuera sans doute vos angoisses.

 

a.1) À quel moment commencer ?

Les cours commencent entre la 20e et la 25e semaine de grossesse et s'échelonneront sur quelques semaines. L'inscription peut se faire à la 12e semaine.

 

a.2) Comment cela s'organise ?

En groupe ou en privé, à la maison ou en salle. Cela dépend des cours et de votre sage-femme.

 

a.3) Combien ça coûte ?

Tout dépend des cours que vous suivez et de la personne qui les organise. Néanmoins, informez-vous bien pour savoir si  votre choix est remboursé par votre mutuel. Si oui, de combien de séances, car généralement, il y a un nombre limiter de remboursement ce qui veux dire que vous ne pourrez pas suivre plusieurs types de cours prénataux différents.

 

a.4) Le père doit-il participer ?

Il n'y a aucune obligation pour le conjoint, néanmoins, on encourage vivement qu'il accompagne leur compagne. Il faut savoir qu'il y a de nombreux avantages si monsieur participe. Beaucoup de futurs pères sont tout aussi angoissés que leurs femmes, durant les séances, il aurait l'occasion de parler, d'avoir des réponses, de comprendre leur rôle (et leur futur rôle), mais également de rencontrer d'autres futurs pères (si en groupe) pour pouvoir partager leur problème de futur père entre hommes.

 

a.5) Quel est le programme / les sujets abordés? (cours prénataux standards)

- devenir parents

- se sentir bien physiquement pendant la grossesse

- comment accompagner sa compagne pendant les neuf mois

- les rythmes et les besoins d’un tout petit

- l'alimentation de la mère et du nouveau-né;

- la préparation à l'accouchement;

- le travail et l'accouchement;

- la place dans la famille d’un couple qui devient parents

- les soins à prodiguer au nouveau-né;

- le retour à la maison et l’organisation dans les premiers mois

- l'allaitement et/ou les choix de l’alimentation du bébé…

- Apprivoiser la douleur

 

a.6) Quel type de cours ?

 

- Cours prénataux standards : les plus courantes données par les maternités ou maisons de naissances. (voir programme si dessus)

 

- Yoga prénatal : Les mamans y apprivoisent la respiration; y apprennent la détente et des mouvements qui préparent à l'accouchement tout en étant encore plus proches de leur bébé.

 

- Ballon de forme : l'utilisation du ballon permet à la future maman de travailler l'équilibre, de

s'assouplir, de renforcer la musculature, et prépare à l'accouchement naturel.

Travail des abdominaux, dorsaux, du périnée, de la respiration et de la posture.

Soulagement du dos et ouverture du bassin.

Le bébé est bercé par les mouvements doux du ballon.   

 

- Préparation prénatale aquatique : est une préparation qui vise la diminution de la douleur lors des dernières semaines de la grossesse afin de limiter les interventions médicales au cours de l’accouchement. Basée sur la perception de la douleur, la méthode combine pression digitale, massages et essai de postures. Elle demande une participation active du futur papa.

 

- Haptonomie : Dès les premiers mouvements perceptibles du bébé, vers le 4e ou le 5e mois de la grossesse, les parents apprennent comment établir un contact tendre et affectueux avec leur enfant dans le giron maternel.

Un des objectifs principaux de l'accompagnement par l'haptonomie est de confirmer affectif de l'enfant. En lui faisant ressentir qu'il est le bienvenu, il peut acquérir une sécurité de base suffisante en s'attachant librement à ses parents.

 

- HypnoNaissance : C’est une méthode relaxante et enrichissante pour donner naissance sans stress, basé sur la conviction que tous les bébés devraient venir au monde dans une atmosphère de douceur, de calme et de joie. Elle permet à la femme de retrouver l’art d’enfanter en faisant appel à son instinct naturel et de donner ainsi naissance à son bébé avec facilité et en toute sécurité. HypnoNaissance s’appuie sur la conviction que l’accouchement peut être une expérience exempte d'inconfort sévère.

 

- Sophorlogie : La pratique de la sophrologie permet de s'harmoniser au maximum avant l'arrivée du bébé et de vivre une grossesse positive et confortable. Elle vise à renforcer l'équilibre entre nos émotions, nos pensées, connaissances, croyances et nos comportements. Au croisement de la relaxation occidentale et de la méditation orientale adaptées, elle permet à chacun de trouver de nouvelles ressources en lui-même et d'améliorer sa qualité de vie.

 

Source : http://www.maisondelanaissance.be/preparations/hypnonaissance.htm

 

 -  Par les plantes : ce n'est pas de cours à proprement parler, c'est plutôt un complément. Vous pouvez donc utiliser des Huiles essentielles, de l'homéopathie pour vous aider durant l'accouchement.

 

b) Comment éviter l'épisiotomie  ?

 

  • Qu’est-ce que c’est ?

Le mot épisiotomie provient du grec "épisio" qui signifie la vulve et "tomie" qui signifie la section. Cette incision chirurgicale consiste à sectionner la paroi du vagin, la peau et les muscles superficiels du périnée, afin d'agrandir l'orifice de la vulve. Elle a pour but de faciliter la sortie du bébé, mais a des conséquences douloureuses pour les femmes. Les épisiotomies sont d'autant plus mal vécues, car elles seraient encore trop souvent inutiles…

 

  • Comment l’éviter ?

Certains spécialistes conseillent aux futures mamans de préparer le périnée au cours de la grossesse. Cette préparation consiste à faire des massages réguliers pour détendre le périnée et faciliter ainsi l’accouchement. Aucune étude scientifique ne prouve l'efficacité de ce massage périnéal.

Voici quelques recettes pour l’éviter.

 

 

c) Check-list :

 

- Mon Plan de naissance (à modifier selon vos désires) 

- La valise de Maman, Bébé et Papa

 

 

d) Démarche administrative :

 

À 7mois, il est temps de déclarer votre grossesse aux allocations familiales, à votre mutuel et à votre patron.

Pour ces démarches, renseignez-vous auprès de ses organismes et de votre gynécologue ou sage-femme.


  1. Jour J

 

a) Impatience, stimuler le vrai travail

 

L'efficacité de ces méthodes est rarement prouvée scientifiquement. Peu d’études ont été réalisées sur le sujet et les témoignages sont difficiles à vérifier : si le travail était censé commencer, comment savoir si ce sont bien nos stimulations qui l’ont effectivement déclenché ?

 

  • La stimulation des mamelons

En théorie, la stimulation des seins favorise la sécrétion d’ocytocine, hormone qui provoque les contractions.

 

  • Les rapports sexuels

Les rapports sexuels peuvent favoriser la mise en route du travail de trois manières : premièrement, l’orgasme peut augmenter l’activité utérine ; deuxièmement, les rapports sexuels peuvent favoriser la sécrétion d’ocytocine, « l’hormone des contractions » ; enfin, le sperme contient beaucoup de prostaglandines qui peuvent contribuer à assouplir le col de l’utérus, le préparant à se dilater lorsque le travail commence.

 

  • L’homéopathie

Les remèdes homéopathiques utilisent des versions très diluées de substances puissantes pour soigner le corps. Les Pulsatilla et Caulophyllum sont deux remèdes homéopathiques couramment utilisés pour stimuler le travail.

 

  • L'huile de ricin

Les Égyptiens utilisaient déjà l'huile de ricin pour déclencher le travail. Bien que personne ne sache exactement comment cette technique fonctionne, une explication domine : une fois ingérée, l'huile agit comme un puissant laxatif qui stimule l'intestin et par conséquent, l'utérus. Cela provoque le début du travail.

 

  • La marche

La pression de la tête du bébé sur le col de l’utérus stimulerait la sécrétion d’ocytocine, déclenchant ainsi le travail. De plus, lorsque vous vous tenez debout, la force de gravité travaille pour vous, encourageant le bébé à descendre sur le col de l’utérus.

 

  • L’activité physique

Une activité physique intense et énergique devrait favoriser, peut-être même provoquer l’accouchement naturellement. On pense directement aux méthodes de grand-mère qui consistent à laver le sol à 4 pattes (une position idéale afin de dilater le col de l’utérus), ou à laver vos fenêtres (avoir les bras levés vers le haut est un acte susceptible de provoquer des contractions).

 

  • Manger épicé

La nourriture épicée et les laxatifs déclenchent une activité intestinale qui pourrait déclencher les contractions.

Théoriquement, le col de l'utérus est lié au système de digestion. C'est pourquoi stimuler ce dernier encouragerait la dilatation du col de l'utérus.

 

  • L'acupression

C'est une pratique manuelle. Elle consiste à appliquer une pression sur certains points précis du corps, avec ses doigts. Il n'est pas nécessaire d'avoir des aptitudes particulières pour travailler efficacement ces points d'acupression.

Comment faire ?

 

Source : http://www.babycenter.fr/a6400090/exite-t-il-des-moyens-naturels-pour-d%C3%A9clencher-le-travail-daccouchement-

http://www.famili.fr/photo/447846/9/declencher-accouchement-naturell

 

  • Tisane pour stimuler les contractions

Ces infusions favoriseront l’accouchement. Ne le buvez que lorsque vous avez dépassé la 37e semaine.

 

1) Aux clous de girofle et sauge

Infusion de clous de girofle (+/- 10)

+ bâton de cannelle (option)

+ quelques feuilles de sauge

+ un peu de gingembre.

 

2) Tisane au framboisier et sauge

Dans un litre d'eau.

3 tasses / jour

+ 3 cuillères à café de feuilles de sauge

+ 3 cuillères à café de feuilles de framboisier

 

On peut remplacer les tisanes par des gélules de phytothérapie à base de framboisier et/ou de sauge.

 

3) Tisane d’oignon :

1 oignon.

-Chauffez l'eau à ébullition puis ajoutez l’oignon épluché et coupé en morceaux.

- Laissez infuser une dizaine de minutes.

- À prendre chaque soir une  semaine avant terme, sucrée selon ses goûts .

 

 

b) Quand partir à la maternité ?

 

  • Des contractions régulières :  Si votre maternité est à plus de 20 min, partez dès que vos contractions sont espacées de 10 min. Si vous accouchez à 5/10 min de chez vous, vous pouvez attendre que vos contractions se rapprochent toutes les 5 min.

  • Vous perdez les eaux : L’accouchement n’est peut-être pas imminent à la seconde, mais si vous perdez les eaux, votre bébé n’est plus correctement protégé et vous devez rapidement vous rendre à la maternité, dans les deux  heures maximum qui suivent cette sensation troublante de s’être pissé dessus…

Faux signes, pas besoin d’y aller

 

  • La perte du bouchon muqueux peut précéder l’accouchement de 24 ou 48 heures, voire de plusieurs jours

  • Les contractions sont irrégulières, assez espacées et ne s’intensifient pas.

 

Comment y aller ? Surtout, ne prenez pas le volant vous-même! Personne ne peut prédire l’évolution de vos contractions et même si vous ne souffrez pas, l’intensité de la douleur peut grimper brutalement, vous seriez alors incapable de conduire. Faites-vous accompagner. Rien ne sert de pousser sur le champignon, pas besoin de risquer un accident.

 

Source : http://www.enfant.com/grossesse/accouchement/signes-depart-a-la-maternite.html

http://www.happy-grossesse.com/2013/03/quand-partir-a-la-maternite/


  1. Allaitement :

 

  • Les avantages ?

Le lait maternel :

- Permet aux enfants être plus résistants aux infections que les autres

- De leur donner une protection contre les allergies

- Facile à digérer grâce à toutes les enzymes actives non allergènes qu’il contient, et grâce à ses protéines parfaitement absorbées par l’enfant.

- Fournit la quantité de nutriments nécessaires au bébé sans nuire à ses reins.

- Est économique, écologique et pratique.

- Disponible sans délai, en tout temps, et il est toujours à la température idéale pour l’enfant.

- Son goût varie légèrement selon l’alimentation de la mère, ce qui habitue le bébé à diverses saveurs.

- Allaitement crée un lien affectif entre la mère et l'enfant

- Allaitement aide la mère à retrouver plus facilement son poids initial.

Et encore plus !

 

Inconvénient :

- La durée et le nombre de la tétée dépendent de votre bébé et de votre quantité de lait.

- On ne connaît pas la quantité bue

 


 

Source : http://www.medela.com/FR/fr/breastfeeding/good-to-know/breastfeeding-benefits.html

http://www.doctissimo.fr/html/nutrition/enfants_ado/nu_613_allait_avantages_02.htm

http://allaiter.free.fr/presse/favoriserlalactation.html

 

  • Arrêter l’allaitement

Tisane pour stopper à la lactation : Mettre 1 càc de sauge officinale (feuille) dans une tasse d'eau bouillante. Laissez infuser 5min. Filtrez, buvez 3 tasses pour jour.

Ajoutez 1 goutte d'HE de menthe poivrée avec 1/4 de càc de miel, pour plus d'efficacité.

 

  • Plus de lait ?

Toutes les femmes ne sont pas égales face à l’allaitement, certaines ont plus de lait que d’autres. Une fois qu’on a commencé d’allaiter et que nous ne faisons rien pour l’arrêter, il est possible que la quantité de lait diffère qu’une tété à l’autre, car il y a plusieurs facteurs qui jouent : votre alimentation, l’heure de la tété (plus au matin), votre santé, votre stress… Si cela vous pose soucis aucune crainte, vous pouvez le restimuler avec votre lactation (voir lien précédent).

 

Alimentation a aussi un influence sur la quantité de lait, voici un bonne ouvrage pour cela : "Nutrition gourmande autour de la naissance" de Françoise Blouard


7. Après l'accouchement :

 

La grossesse, l'accouchement... sont des étapes naturelles dans la vie d'une femme mais il également très traumatiques pour le corps. Nos muscles, nos physiologies, nos organes... notre organisme tout entier a été perturber, déplacer, malmené durant ces 9mois. C'est pourquoi je vous conseillé de suivre des cours chez un Kiné post-natalité. Demander conseillé à votre docteur pour savoir quand vous pouvez. Cela dépendra de comment s'est déroulé votre accouchement.

Voici  également quelques astuces qui pourront vous aider, car devenir mère peut-être un bouleversement, les fleur de bach et l'aromathérapie pourront vous aider. Si vous avez eu une césarienne, il y a aussi des soins naturels proposés.


 

 

 

 



22/03/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi