one-shot-story

Wicca

1.Introduction

 

Le wiccanisme est à la source, actuellement, de théories diverses mêlant ésotérisme et anciennes croyances religieuses. Car à la base, il s’agit d’un mélange de l’ancienne religion (Ancien Testament, uniquement), paganisme, druidisme, chamanisme et de magie. De ce mélange il en reste qu’aujourd’hui, les Covens (groupes de wicces-pratiquants du wicca) pratiquent leurs propres traditions.

Wicca est de l’ancien anglais de « witch » (sorcier/sorcière). Le wiccanisme fut fondé par Gérald Brosseau Gardner dans les années 1900. (Si je me garde, de dire les dates précise, c’est que personne n’est sûr de les connaître.) Gérald Gardner prétendait que la magie et les croyances ésotériques étaient l’œuvre de Satan et que lui-même était lié à la source mère. Après avoir imposé ses théories sur le Chaos, il créa « The book of Shadows » (le livre des ombres en anglais) donc on ne possède plus aujourd’hui que quelques fragments aux États-Unis en musée. Les écrits de ces fragments sont les bases les plus anciennes du wiccanisme. Selon lui, il n’a rien créé, mais « reçu » de la prêtresse du couvent de New Forest : Lady Dorothy Clutterbuck. Considéré comme dangereux, le livre des Ombres devait être écrit par la personne qui en ferait usage et brûlé par elle avant sa mort. Voilà pourquoi nous n’avons que des traductions et des reprises de ce qui a disparu réactualiser, mais le reste est correctement traduit.


2. Définition:


"Certaines sorcières considèrent la sorcellerie comme étant une religion, d'autres la pratique simplement comme art magique"
L'origine du mot " wicca " est assez mystérieuse, mais il semblerait que ce soit une contraction de "witchcraft" qui signifie sorcellerie (Craft étant l'artisanat en anglais ), d'autre part, on peut souligner la racine de wicca : "wisdom" (le domaine de la sagesse) ainsi que "wiccian" (vieil anglais) qui signifie "jeter un sort".
La wicca admet l'existence d'un seul dieu unique (tout les dieux sont un) divisé en deux principes : la déesse (souvent représentée sous une triple forme : enfant, mère et enfin vieille dame la mort) et le dieu cornu, ces derniers sont égaux, chaleureux et aimants ; non pas distants, dans un "ciel" lointain, mais omniprésents, dans l'univers tout entier. Cette religion prône la tolérance et n'impose aucun concept à ses pratiquants. La connaissance de la nature et de ses lois sont les piliers de la wicca.
Les wiccan admettent la réincarnation (expliquerait la transmission du "don" entre générations).
La wicca est une Religion (une philosophie pour certains), la magie pouvant être pratiquée ou non par celui qui y adhère. Pour ceux et celles qui ont un problème morale avec la pratique du rituel : une religion très connue et pratiquée par grand nombre exécute des rituel comprenant l'utilisation de l'encens, de l'eau bénite, d'une coupe, des robes de cérémonies, des chants a réciter, etc...., je vous parle de catholicisme bien sur !


3. Les 13 principes :
 
 
1. Nous pratiquons les rites pour nous mettre en accord avec les rythmes naturels des forces de la vie marqués par les phases de la lune, les quatre saisons et les quatre fêtes.

2. Nous reconnaissons que notre intelligence nous donne une responsabilité unique envers notre environnement. Nous cherchons à vivre en harmonie avec la nature, en équilibre biologique plaçant l'accomplissement de la vie et notre conscience au sein du concept d' évolution.

3. Nous reconnaissons qu'il existe une puissance plus grande que celle qui apparaît à la personne ordinaire. Du fait qu'elle est plus grande que l'ordinaire elle est parfois dite "surnaturelle". Nous pensons cependant que c'est une erreur car il s'agit d' une potentionalité naturelle.  

4. Nous pensons que la puissance créatrice dans l'univers s'est manifestée à travers la polarité masculine et féminine et que c'est la même puissance créatrice qui crée l' interaction entre le masculin et le féminin. Nous n'en estimons aucune supérieure à l'autre, sachant qu'elles se soutiennent mutuellement. Nous pensons que le sexualité peut-être considérée comme un plaisir, comme un symbole, comme l'incarnation de la vie et comme une des sources cachées de l'énergie utilisée dans la pratique et de la religion.

5. Nous reconnaissons l'existence des mondes extérieurs et intérieurs parfois appelés psychologiques, spirituels, inconscient collectif, etc. Nous reconnaissons l'existence d'une interaction entre ces deux dimensions qui se traduit de plusieurs manières, par exemple par la spiritualité, la magie ou les phénomènes paranormaux. En conséquence nous ne négligeons aucune dimension par rapport à la perspective de notre réalisation.

6. Nous ne reconnaissons aucune autorité hiérarchique, mais honorons ceux qui enseigne, respectons ceux qui partagent leur grande connaissance et sagesse, ainsi que ceux qui se sont courageusement offerts à l' animation d'un groupe.

7. Nous croyons que la religion, la magie et la sagesse sont trois expressions d' une même voie que nous rencontrons dans la façon de voir le monde et dans la philosophie de vie que nous appelons le paganisme.

8. S'enorgueillir du titre de "païen", de "sorcier", de "mage" ou de quelque chose d'autre de ce genre ne rend pas tel, l'hérédité pas davantage, ni la collection de titres, degrés et initiations. Un "mage" cherche à contrôler les forces présentes en lui et fait son possible pour vivre avec sagesse, sans faire de tort aux autres et en harmonie avec la nature.

9. Nous croyons à la réalisation de la vie, à l'évolution, au développement de la conscience éclairant notre compréhension de l'univers, ainsi qu'au rôle personnel que nous tenons au sein du monde.

10. Notre seule animosité envers le christianisme, ou envers toute autre religion ou philosophie de vie, repose sur leur prétention à être "la seule voie", cherchant ainsi à denier la liberté de pratique et de croyance.

11. Nous ne sommes plus aujourd'hui menacés par la discussion sur notre histoire, nos origines et le légitimité de nos traditions. Nous nous sentons essentiellement concernés par notre présent et notre futur.

12. Nous ne reconnaissons pas l'existence d' un principe absolu du mal qui serait par exemple représenté par des entités comme "Satan" ou "Diable", dans la tradition chrétienne. Nous ne recherchons pas la souffrance et ne reconnaissons pas de vertu particulière à la mortification.

13. Nous croyons que nous devons rechercher dans la nature ce qui contribue à notre santé et notre bien-être.
 
-----------------------------------------------------
Qu'est-ce qui change dans notre vie concrètement  ?
 
Les wiccans doivent intégrer et respecter ces principes (en résumé).
 
1. Se connaître soi-même
2. Connaître sa magie
3. Apprendre
4. Appliquer son savoir avec sagesse
5. Atteindre l'équilibre spirituel et réel
6. Contrôler ses paroles
7. Contrôler ses pensées
8. Célébrer la vie
9. Vivre en harmonie avec les cycles de la Terre
10. Respirer et manger sainement
11. Exercer son corps
12. Méditer
13. Honorer la Déesse et le Dieu

4. Comment devenir Wiccan ?

Tous ceux qui pratiquent l'Art sauront qu'il est très difficile de définir l'état de Wiccan, où commence-t-il vraiment ? Est-il lié à la décision de suivre la voie de la Wicca, au moment de la dédication, au moment du "grand choix", ou simplement comme la sagesse l'état de wiccan est-il lié à une quête jamais assouvie, jamais atteinte tout à fait ?

Etre wiccan est un état d'esprit, un choix de vie, de croyance, une foi. Bien sûr chacun de nous tend à élever son esprit et acquérir de nouvelles aptitudes, de nouveaux pouvoirs pour la pratique de l'Art, mais la simple acquisition de l'un de ces pouvoirs ou la simple compréhension et appréhension d'un "accessible" (voir l'arbre des pouvoirs) fait de nous un praticien, donc un Wiccan.

Mais être wiccan c'est se reconnaître dans une pratique, une pensée, une voie, c'est également en accepter les règles. Il ne suffit donc pas de le vouloir pour être wiccan, il faut le décider. En ce sens, c'est la dédication qui fait d'un homme un wiccan, d'une femme une wiccanne. Cette dédication est une sorte de rite iniatique, une acceptation pleine et entière du Rede.

Mais pour accepter le Rede, il faut tout d'abord le comprendre, c'est pourquoi le chemin qui mène à la Wicca est un chemin d'étude et de méditation, pour apprendre, puis comprendre. Mon seul conseil à tous ceux qui souhaitent devenir Wiccan est de se nourrir, de regarder, de sentir et d'écouter la nature et les hommes, d'être humble face au monde et assidu à l'étude des codex. La Wicca est un chemin, il est personnel. Mon rôle comme celui d'autres dans le forum est d'accompagner sur ce chemin, tout en nous gardant bien d'influencer ou de diriger.

5. Histoire :

La Wicca est existe depuis des temps anciens (3000ans, au temps des chamans). Wicca était une religion très pratiquée pendant de nombreuses années, les Celtes en étaient de grand pratiquant. C'est à partir du Moyen-age que la Wicca c'est un peu perdu car ceux qui la pratiquaient, était considéré comme des démons.

Au 19e siècle, la sorcellerie reviendra en force et le Wicca avec. Une fois les procès de sorcellerie complètement démystifiés, que l'on s'intéressa à l'aspect culturel de l'Art.

Beaucoup d'entre vous se demandent comment et où est né ce qui s'apparente aujourd'hui à un phénomène de mode largement colporté par la télévision et autres séries américaines. Voici donc un excellent article que j'ai trouvé sur le web et que je souhaitais vous faire partager.

Né en 1884, Gardner fut membre de nombreuses sociétés magiques, comme l'Ordre hermétique de l'Aube dorée d'Aleister Crowley, avant d'être initié en 1939 à la sorcellerie par Dorothy Clutterbrook, une sorcière anglaise de New Forest. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, il entreprit de rédiger son propre grimoire, lequel devait englober ce qu'il appelait "les règles de l'Art". Au début des années cinquante, les lois britanniques contre la sorcellerie ayant été abolies, Gardner put entreprendre librement son entreprise de séduction Wicca auprès du public.

Gardner nomma le mouvement "Wicca", d'après le vieil anglais wiccian, qui signifie "jeter un sort". S'autoproclamant "roi des sorciers", il se mit à exposer sa doctrine dans une série de livres à grand succès. Peut-être le plus célèbre d'entre eux est-il Witchcraft Today, ("La sorcellerie aujourd'hui", non traduit en français) publié en 1954, dans lequel Gardner affirmait que la Wicca était l'incarnation moderne d'une antique religion ayant survécu secrètement du Moyen Age jusqu'à nos jours, et ce malgré l'hégémonie du christianisme.

Gardner mettait l'accent sur l'adoration de la nature, en particulier de la Déesse Terre, et aussi sur les activités physiques et les réjouissances. Comme l'affirme un disciple de la Wicca : "Notre religion est faite d'amour, de plaisir et de sensations."

Au cours des années cinquante et au début des années soixante, les idées de Gardner donnèrent naissance à de nombreuses formes de culte Wicca, à la fois en Europe et aux États-Unis. Sur fond de libéralisme croissant, l'attrait de cette doctrine était évident. "A chaque fois que vous avez besoin de quelque chose, écrit Gardner dans son Livre des Ombres, rassemblerez-vous en quelque lieu secret et adore-Moi. Je vous apprendrai des choses inconnues et vous serez libérés de tout esclavage. Comme signe de liberté, vous serez nus lors des rites, et vous danserez, chanterez, ferez la fête, jouerez de la musique et ferez l'amour - tout cela en Mon Honneur."

En 1964, à la mort de Gardner à l'âge de 80 ans, le mouvement Wicca commença à se scinder. Les règles furent réécrites conformément au programme de chaque "coven" (congrégation de sorcières). Néanmoins, l'oeuvre de Gardner demeure le fondement de la sorcellerie moderne, et son principe central - "fais ce que tu veux tant que cela ne blesse personne" - est l'un de ceux auxquels adhèrent la plupart des adeptes modernes de la Wicca.
 

6. Les traditions :

On peut trouver de nombreux mouvements dans la Wicca, dont :
 
Le gardnérianisme : découlant de Gerald Gardner. Cette pratique très stricte nécessite, pour être wiccan ou wiccane d'être obligatoirement en coven et d'avoir été initié par une lignée d'initiateurs remontant à un wiccan/e reconnu (en fait à Gardner). Celui-ci a initié la plupart des membres qui ont démarré ce mouvement.

L'alexandrianisme : fondé par un disciple de Gardner, Alexander Sanders, c'est un dérivé du précédent.

La tradition aradrienne : fondé en 1999 par Charles Renaud, au Canada, ce mouvement décrit les divinités comme des parties indépendantes du Grand Dieu et de la Grande Déesse. Elles ont une indépendance d'esprit et d'action qui leur est propres, en opposition à d'autres mouvements qui les considèrent comme des parties intégrantes du Grand Dieu et de la Grande Déesse. Les wiccans aradriens reconnaissent clairement un Grand Dieu et une Grande Déesse, qui sont à leurs yeux égaux, bien que l'aspect féminin soit souvent privilégié. L'interaction entre les Hommes et les Divinités est décrit comme un moyen de connexion privilégié. Les wiccans aradriens décrivent, au sein de « forces énergétiques », un troisième joueur indépendant, le mal. Ceci différencie la Wicca aradrienne des autres mouvements, qui ne reconnaissent pas d'entité maléfique.
   
La tradition dianique : c’est une forme féministe de la Wicca qui met à l'honneur la Déesse, favorisant son culte. Elle a été fondée par Zsuzsanna Budapest.  
 
La tradition faerique ou « pictish wicca » : cette tradition est un peu plus sombre que les autres puisqu'elle reconnaît la part obscure de chaque être et ne cherche pas à la nier. Elle s'inspire davantage de la culture celtique. Elle se base essentiellement sur la nature. Par exemple, dans la pictish Wicca il n'est pas nécessaire de fabriquer un pentacle : une pomme coupée dans le sens horizontal en offre un parfait. Certains de ses membres ne la reconnaissent pas comme une branche de la Wicca.
 
L'éclectisme : ce terme désigne les covens n'appartenant à aucune tradition précise. Chaque coven possède ses propres règles, souvent beaucoup moins strictes que celles de Gardner. Il y est souvent considéré qu'être wiccan est avant tout une affaire de foi plutôt que de rites initiatiques. En conséquence la hiérarchie habituelle (initié, prêtre, grand-prêtre) est soit inexistante soit l'attribution est laissée au vote des membres du coven.

La tradition reclaiming, est une sorte de mélange entre de la spiritualité wiccane et un activisme politique (écologie, féminisme, etc.). Elle a été fondée par Starhawk.
 
La church of Wicca est une sorte d'école qui propose des cours par correspondance. Leur vision de la Wicca exclut la Déesse.

La celtic Wicca est basée sur le panthéon celtique. Cette tradition est individualiste : chacun suit son chemin. Elle est principalement basée sur la guérison et la nature dans leurs rituels de groupe ou individuel pour honorer l'Ancien Lumineux (le Dieu) et la Terre (la Déesse). C'est une des voies dites celtisantes très populaire.
 
La Wicca néo-gardnérienne est basée sur la tradition gardnérienne à laquelle sont ajoutées certaines notions de la tradition alexandrienne.
 
La Tradition Nativiste Correllienne tradition wiccane présente un peu partout dans le monde, qui a été créé par Orpheis Caroline High-Correll.


 
La Wicca met un gros accent sur les rites de passage au cours de la vie d'un individu. C'est la seule religion à observer les rites de passage en y mettant un profond symbolisme qui incarne les voies à travers lesquelles un individu approfondit sa relation et sa connexion avec la Terre, avec sa communauté et au travers de cela, avec le divin.

Tous les Wiccans ne célèbrent pas les rites de passage.

Ces rites sont typiques de l'Art Wiccan Traditionnel, mais peuvent être connus sous des noms différents selon les groupes de pratique. Les principaux rites de passage Wiccans sont dans l'ordre le plus habituellement pratiqué (en anglais) : Wiccaning, Teen Rite of Passage, Welcoming (parfois appelé Heralding ou Hailing), Handfasting, Handparting et Crossing requiem. La traduction en français serait idéalement dans l'ordre : Baptême wiccan, Rite de passage d'adolescence, Annonce (ou salut), Mariage, Divorce et Cérémonie de remémoration.

8. Les fêtes wicca

 

Il existe huit grandes fêtes wiccannes que je vais vous résumer:

N'oubliez pas avant une cérémonie de prendre un bain spéciale (ça aide)


Yule:(21 décembre)Solstice d’hiver.
Il est le temps de la naissance divine. Il est l'époque de la nuit la plus longue et du jour le plus court de l'année.
Les Wiccans attendent l'aube pour célébrer Yule en regardant le soleil se lever pour couronner leurs efforts.
Après cette période, le soleil renaît et prend du terrain sur la nuit.
Les Wiccans allument donc des feux ou des chandelles pour accueillir le retour de la lumière solaire.
Cette fête rappelle aux Wiccans que la mort apporte finalement une renaissance. Plongée dans le sommeil de l'enfantement, la Déesse récupère après l'accouchement.

Imbolc:(2 février)
Il souligne e rétablissement de la Déesse après la naissance du Dieu. L'allongement des jours la tire de son sommeil. Le Dieu est un jeune garçon robuste et son pouvoir se fait sentir pendant les jours les plus longs.
La Chaleur fertilise la Terre et fait germer les graines. Le printemps apparaît.

 

Ostara:(21 mars) équinoxe de printemps.
Premier jour du véritable printemps. Sortant de son sommeil, la Déesse enveloppe la terre de fertilité, pendant que le Dieu se développe et gagne en maturité.
La nuit et le jour ont une durée égale puis la lumière l'emporte sur les ténèbres. La Déesse et le Dieu poussent les animaux sauvages à se reproduire.
C'est l'époque des commencements.

Beltane:(30 avril)
Le Dieu devient un homme, exalté par les énergies à l'oeuvre dans la nature, il désire la Déesse. Ils s'unissent et la Déesse devient enceinte du Dieu. Les Wiccans le célèbrent par un rituel.

Litha:(21 juin)solstice d’été
Il se produit lorsque la nature est à l'apogée des puissances. La terre nage dans la fertilité de la Déesse et du Dieu. On allume des feux de joie pour favoriser la fertilité, la purification, la santé et l'amour.

Lughnasadh:(1 aout)
Il correspond à la première récolte. Les forces du dieu décroissent en même temps que le soleil. La Déesse demeure, avec une tristesse mêlée de joie, consciente que le Dieu est mourant et que pourtant il vit toujours en elle, dans l'enfant qu'elle porte.

Mabon:(21 septembre) équinoxe d’automne.
Il marque l'achèvement des récoltes.
Alors que le Dieu se prépare à quitter son corps physique et à entreprendre la grande aventure dans l'invisible pour se régénérer et renaître de la Déesse; la nature retire ses dons, se prépare pour le repos hivernal.
La Déesse somnole sous le soleil faiblissant, même si le feu brûle en son sein. Elle sent la présence du Dieu en elle alors même qu'il s'affaiblit.

Samhain:(31 octobre)
Les Wiccans font leur adieu au Dieu. Mais il ne s'agit que d'un au revoir. Le Dieu n'est pas enveloppé des ténèbres éternelles, il se prépare à renaître de la Déesse à Yule. C'est un temps pour réfléchir, pour revenir sur l'année qui vient de s'écouler, pour accepter la mort, phénomène qui échappe à notre contrôle.


7. Les 8 chemins pour exercer la wicca :
 

Méditation / Concentration.
Par la méditation et la concentration, nous monopolisons toutes nos ressources sur un point, sur un aspect, sur une seule idée / image, que ce soit à des fins d’exploration et de connaissance ou de réalisation. Il faut parvenir au blocage du mental et être totalement absorbé par ce sur quoi nous méditons.

Chants, sorts et invocations.
Les chants, les sorts prononcés (formules magiques) et les invocations constituent le deuxième sentier de la magie. Ce sentier consiste en la répétition de formules, de phrases ou de sorts, chantée ou non, en vue d’obtenir un effet désiré.

Il comprend aussi les invocations, par lesquelles on peut faire entrer en soi la puissance du Dieu et de la Déesse. Encore une fois, les chants, les sorts et les invocations servent à bloquer le mental et à laisser agir l’intuitif, où la magie est active.

Projection astrale.
La projection astrale est le troisième sentier de la magie. Elle sert à voyager sur le plan physique ou sur d’autres plans, rencontrer des entités dans des mondes subtils, augmenter notre perception de l’invisible, etc. Les possibilités sont sans fin.

Encens et potions.
Les encens et potions utilisent les propriétés des végétaux à des fins magiques. Les encens sont faits de plantes, toute comme les potions. Les végétaux sont choisis en fonction de leurs propriétés magiques et donc de l’effet que le sorcier désire obtenir.

Par la fumée ou les vapeurs inhalées, ou encore parfois grâce à l’ingestion des potions (toutes ne sont pas pour boire), la transformation intérieure s’opèrent ou encore la préparation adéquate à la suite des opérations magiques est obtenue.

Danse.
La danse est un moyen puissant pour élever l’énergie. Elle permet au corps de s’activer, de dégager de l’énergie, de la concentrer et de la libérer. Le mental décroche aussi plus facilement, par le biais de la transe notamment. Par la danse, accompagnée où nom de gestes ou de mouvements rituels, le sorcier peut accumuler une grande quantité d’énergie.

Sang et contrôle du sang.
Le sang est le véhicule des aliments de l’organisme. Il contient donc aussi beaucoup de puissance magique, car il représente par excellence notre identité propre. Le marquage des objets par notre sang signifie qu’il nous appartient et qu’ils sont à notre usage exclusif, et cette priorité est aussi établie magiquement.

Ajouter un peu de sang lors de réalisation d’un sort augmente aussi la puissance magique. Quant au contrôle du sang, par le biais de garrots, il vise à atteindre un état de demi-mort ou de transe profonde. Ce n’est guère plus utilisé de nos jours, car cela présente des dangers évidents…

Auto Flagellation.
Moyen pratiqué de tout temps par les ascètes ou les mystiques religieux. L'auto flagellant vise à atteindre, lorsque la douleur devient intolérable, la libération de son esprit du corps physique, ou encore l’accumulation de grandes énergies. Encore une fois, ce moyen, quoique très efficace, est dépassé.

Il y a une autre façon d‘utiliser l’auto flagellation : s’infliger des douleurs très légères, sans qu’il soit besoin d’en être blessé ou d’en avoir des marques. Il faut alors s’auto flageller doucement et à un rythme régulier.

Le Grand Rite.
C’est le sentier magique qui a la plus grande réputation et aussi la plus mauvaise presse. Le Grand Rite consiste en la fusion des énergies mâles et femelles. Comparons l’énergie dégagée lors d’une telle fusion à la fusion nucléaire. Très puissant, très, très puissant ! Il existe deux formes au Grand Rite ; la forme symbolique et la forme réelle.

La forme symbolique recourt à ce que l’on nomme « La magie des genres », dans laquelle l’homme et la femme s’unissent symboliquement en utilisant le calice et l’athamé. La magie est réalisée par l’union du genre masculin et du genre féminin. Il n’y a pas d’interaction sexuelle. Cette forme du Grand Rite est réalisable en public. La seconde dite "réelle" est de la magie sexuelle par laquelle une union sexuelle fusionne l’énergie masculine et l’énergie féminine. Cette forme du Grand Rite ne s’accomplit jamais en public, les membres du coven qui sont présents se retirent à ce moment de l’espace sacré, et n’y reviennent que lorsqu’ils y sont rappelés.

Il faut aussi préciser qu’ à cause des énergies dégagées et des conséquences sur les corps subtils, il vaut mieux que cela soit pratiqué par un couple marié ou en vivant en union de fait ou encore pour ceux pour qui les relations sexuelles sont un aspect normal et usuel de leur relation.



07/02/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi